Cumuna di Centuri





La Charbonniere Avant la fin du XVIIIe siècle, on n'utilisait pas le charbon de terre, la houille. Pour la majeure partie des activités proto-industrielles (fonderies, poteries, briqueteries, fours à chaux), le charbon de bois était le seul combustible permettant d'atteindre une température suffisante.

De plus, il revenait moins cher de transporter le bois sous forme de charbon (plus léger) de la forêt vers les centres de consommation.
La source de cette « manne » combustible était bien sûr la forêt, mais via les charbonnières. Grossièrement, le travail du charbonnier consistait, avec le bois qu'il avait coupé, à édifier une meule qui lui permettait de chauffer le bois à très haute température à l'abri de l'air.

On mettait le bois en « tas » compact, tas que l'on recouvrait de ramilles (petites branches feuillues aplaties), puis de terre afin d'étanchéiser l'ensemble. On allumait la meule et après une durée de carbonisation de quelques jours, on obtenait ainsi du charbon de bois mis ensuite en sac pour la vente.

Que l'on ne s'y trompe pas : cet explicatif très succinct cache un savoir-faire complexe.

Pierre TOLAÏNI, dit Pierrot (photo ci dessus), est le seul à perpétuer ce savoir faire ancestral.
Pierrot fait ses métiers traditionnels depuis l'age de 12 ans..... Construction de nasses à langoustes (il faut aller sélectionner avec soin puis cueillir ses branches de myrthe dans le maquis, les assembler, leur donner leurs formes définitives), pêche quand le temps le permet, charbonnière quand l'hiver pointe son nez.
Le visage buriné par la mer, la barbe lui bouffant le visage, il conserve ses yeux éternellement jeunes : "Je ne peux plus surveiller mon feu durant de trop longues nuits d'hiver. Alors, je commence ma charbonnière en fin d'automne, quand le temps est encore clément. D'abord, le choix du terrain: plat! Puis je débroussaille, et prépare le 'petit' bois qui servira de charpente (Arbousier, chêne vert, bruyère...). Puis je coupe et débite les arbres qui feront le charbon de bois. Comptez 1500kg de bois pour une petite charbonnière, 5 ou 6000 Kg pour une grosse."

Construction de la charbonnière:

  • Délimiter la zone dans laquelle sera installée la charbonnière:
  • Au centre de cette zone, planter 4 pieux de bois en carré qui délimiteront la cheminée
  • Tracer sur le sol les contours extèrieurs de la charbonniere
  • Poser au sol et à chaque point cardinal 1 tube de fer qui servira d'appel d'air
  • Entasser les rondins de bois mélangés à un peu de paille entre la cheminée et cette limite
  • Habiller au fur et à mesure de sa construction de petits bois verticaux extèrieurs
  • Quand on arrive au sommet, que la "meule" est terminée,

on couvre le tout de feuilles de chene et de terre en prenant soin de garder ouverte la cheminée centrale
Voilà la charbonnière presque terminée.

Il suffit de faire un feu au sommet de la cheminée
puis de faire tomber les bois enflammés
On bourre alors la cheminée jusqu'à la gueule de bois secs, de vieux charbons pour avoir une braise intense au fond de la charbonnière

La forme de la fumée indiquera qu'il est temps de couvrir le sommet de la charbonnière de feuilles et de terre pour empÍcher tout appel d'air qui brulerait le bois

La fumée sort par les tuyaux en base de la charbonnière qui serviront alors, bouchés, débouchés, à régler l'appel d'air permettant de guider le feu et laisser le bois se consumer à l'étouffée.