Qualité des eaux

La qualité des eaux distribuées dans la commune reste le souci permanent de la mairie. Cinq fois par an, les agents de l’Office Hydraulique prélèvent l’eau en certains points du réseau (ces points vont être modifiés pour devenir aléatoires). Les prélèvements sont transmis au laboratoire de l’Office Hydraulique qui avise l’ARS des résultats. En cas de non-conformité des résultats, l’ARS intervient auprès de la mairie (Fax SMS, Téléphone) pour préconiser (caractère obligatoire) l’ajout de chlore. Si cette opération  ne résout pas le problème, l’ARS impose l’arrêt  de toute distribution d’eau courante, et la mairie doit mettre en place un circuit de distribution d’eau en bouteille jusqu’au retour à une situation normale.

Les derniers résultats sur la qualité des eaux sont affichés en mairie et vous ont été envoyés avec votre facture d’abonnement.

L’eau peut-elle devenir impropre à la consommation ?

La qualité des eaux issues de forages, sources, dépend de leur protection. Plusieurs traces d’activités animales ont été mises en évidence dans des prélèvements et une pollution bactériologique (et non virale) décelée.

Pour éviter la contamination des eaux sont mis en place des périmètres de protection :

Le PPI (Périmètre de Protection Immédiate) où toute activité autre que celle en liaison avec les besoins du captage est interdite. Le terrain de PPI  doit être acquis en pleine propriété par la municipalité.

Le PPR (Périmètre de Protection Rapproché) est calculé en fonction des données hydrogéologiques. Les activités y sont règlementées ou interdites et les terrains dans ce périmètre font l’objet de servitudes.

Certains forages sont plus ou moins chargés en minéraux . Ils demandent une dilution, c’est-à-dire un mélange des eaux provenant de différents points de prélèvement.

La mairie est en train de mettre en place la protection de tous les points de captation et de régulariser, pour ce faire, certaines situations administratives.

La situation du réseau n’a pas bougé depuis de nombreuses années :

Les travaux nécessaires n’ont jamais été réalisés. De ci, de là des conduites en fibrociment, fragiles, corrodées et polluantes subsistent ; Certaines dépenses que nous assumons aujourd’hui auraient pu être financées par divers organismes si les demandes avaient été établies en temps opportun.